L’Ethiopie veut du cash contre du sucre

Le Monde Afrique – juin 2015 A terme, l'usine est censée produire 619 000 tonnes de sucre par an et participer au développement de la réfion Afar, dans l'est de l'Ethiopie, où vivent principalement des populations pastorales, en employant 50 000 personnes.

Huit mois. C’est le temps qu’il m’a fallu attendre pour obtenir l’autorisation de visiter l’un des projets les plus incroyables de l’Ethiopie : l’usine Tendaho, dans l’Est cuisant du pays, doit produire 619 000 tonnes de sucre dont la moitié s’échangeront à l’export contre du cash. Les 50 000 hectares de plantation de canne à sucre, adossés à la rivière Awash, s’étaleront dans une région semi-désertique de sable et de cailloux. Et puisqu’il n’y pas grand chose autour, des logements pour 17 000 employés, des écoles, un hôpital sont en cours de construction.

Ca a l’air dingue mais le plus dur n’est pas là. Les populations locales Afar sont traditionnellement pastorales et agro-pastorales. Pas vraiment intéressées par l’idée de s’installer pour cultiver un bout de terre. En bref, Tendaho concentre les ambitions et les contradictions d’un pays pressé de se développer. Mon reportage dans Le Monde Afrique.

Juin 2015 - Dans la Tendaho Sugar factory, construite dans le se

Afar, 2014. L’usine de canne à sucre de Tendaho construite par des Indiens.

Publicités