Soudan du Sud : une guerre civile d’une « extrême cruauté »

Médiapart – Octobre 2015

Ethiopie, Burebiey - mai 2014. Le personel du HCR enregistre les réfugiés à leur arrivée en Ethiopie. Ils reçoivent un bracelet et un numéro qui ne leur sera enlevé qu'à leur enregistrement dans un camp de réfugiés. Les enfants sont vaccinés par UNICEF. Le Soudan du Sud n'est qu'à quelques centaines de mètres, de l'autre côté de la rivière Baro.

Ethiopie, Burebiey – mai 2014. Dans un camp d’enregistrement des réfugiés, à la frontière entre le Soudan du Sud et l’Ethiopie. Copyright Vincent Defait

Dans un Soudan du Sud ravagé par près de deux années de guerre civile, l’Union africaine est aussi dépassée que les autres, mais le rapport de sa commission d’enquête donne le tournis. Les exactions qui y sont décrites disent la barbarie de ce conflit sans queue ni tête.

Dommage, ce rapport est publié avec près d’un an de retard. Tentative d’explication de ce délai et de cette guerre folle ici, sur Médiapart.

Publicités

Ethiopie : Trois blogeurs libérés après 539 jours en prison

Le Monde Afrique – octobre 2015

VD Election kebele539 jours de détention pour pas grand chose. Enfin, si. Les six blogeurs de Zone 9, habitués à critiquer la politique du gouvernement, ont d’abord été arrêtés avec trois journalistes en avril 2014, puis accusés de terrorisme. Ce n’est pas rien.

Mais pendant un an et demi, aucune des 39 audiences devant la cour fédérale d’Addis-Abeba n’a été l’occasion d’entendre ou de voir des preuves tangibles de l’implication de ces jeunes gens – 7 hommes et 2 femmes – dans un quelconque projet insurrectionnel.

En juillet 2015, cinq d’entre eux ont vu leurs accusations tomber. Comme ça. A quelques jours de la visite en Ethiopie du président US. Trois mois plus tard, le reste de la bande est acquitté par les juges.

Vous avez dit absurde ?

L’Ethiopie au coeur de l’effet El Nino

Le Monde Afrique – Octobre 2015

C’est une histoire dont le gouvernement éthiopien n’a pas vraiment envie de parler : des gens ont faim. Le principal fautif est El Nino, un phénomène climatique global, mais qui grippe le beau récit d’une Ethiopie renaissante. Forcément, avec une croissance économique à 10% depuis une décennie, au sommet de l’Etat, on redoute depuis longtemps ces images d’enfants affamés.

Comprenez bien : les autorités ne restent pas inactives. « Elle font tout ce qu’il faut sauf parler aux médias », m’a dit, micro éteint, un travailleur humanitaire. Une position de plus en plus difficile à tenir.

Mon papier dans Le Monde Afrique.