Inde – Quand Modi ment aux pauvres

L’Humanité Dimanche – avril 2017

Mon premier papier un tant soit peu conséquent sur l’Inde. Réalisé sur la pointe des pieds (admirez la dextérité, s’il vous plaît), tellement le pays m’intimide.

New Delhi (Inde), janvier 2017 - Dans la capitale indienne, des
New Delhi (Jan. 2017) – Ces travailleurs journaliers, qui gagnent 400 roupies (5,7€) par jour, n’ont pas été payés pendant des semaines, faute d’argent liquide  en circulation.

Depuis plusieurs mois, j’engloutis des kilomètres de journaux tous les jours – ce dont j’avais perdu l’habitude en Ethiopie – je discute, j’interroge. Me fais tout petit, toujours.

L’Inde, donc. Et Modi, à sa tête. L’homme est fascinant. L’un de ces leaders dont l’époque raffole. Brillant, sans doute, fin politicien, dogmatique à coup sûr. Pétri d’un nationalisme borné et excluant. Marquant.

La démonétisation qu’il a décidée début novembre 2016 est emblématique de sa façon de gouverner – par électrochocs – et me semblait le prétexte tout trouvé pour s’intéresser à lui. Risquée pour l’économie du pays ? Nombreux l’ont affirmé. Politiquement payant, semble-t-il, à en croire les résultats des élections en Uttar Pradesh, le « coeur » politique du pays, quatre mois plus tard.

VD HD Modi1Mon article est publié dans l’Humanité Dimanche de cette semaine, avec un titre dans la veine du journal. Pas de liens vers l’article, curieusement, donc à vos kiosques (le journal a besoin de sous…).

Publicités