L’impossible retour des enfants érythréens réfugiés en Ethiopie

Le Monde Afrique – Septembre 2015

La problématique n’est pas nouvelle, mais ici, elle prend une tournure particulière.

Ethiopia, September 2015 - Over 47.000 Eritreans live in the Hitsats refugees camps in Ethiopia, near the border. The newly arrived stay in UNHCR tents. The other live in concrete houses. Opened in 2013, the camps quickly reached its full capacity.Des milliers d’enfants érythréens franchissent, souvent seuls, la frontière avec l’Ethiopie. Sans pouvoir rentrer chez eux.

Ces mineurs, souvent très jeunes, ne mesurent pas toujours les conséquences de leur acte : l’Ethiopie et l’Erythrée n’ont aucune relation diplomatique et les rapatriements d’enfants non accompagnés ont cessé en 2009.

Pour ceux qui n’ont pas de famille dans les camps de réfugiés ou dans la région, le futur s’écrira sans leurs parents. Du mauvais côté de la frontière.

Mon reportage dans Le Monde Afrique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s