Des français pour évaluer l’impact du futur plus grand barrage d’Afrique

Le Monde Afrique – Sept 2016

Il leur aura fallu près de deux ans pour se décider. L’Ethiopie, le Soudan et l’Egypte ont signé, mardi 20 septembre, un accord délégant à deux entreprises françaises – BRL et Artelia – le soin d’évaluer les impacts du Grand Barrage de la Renaissance Ethiopienne, le GERD, en construction sur le Nil Bleu.

vd-lma-barrage-screenshot

Pour quoi faire, à part « restaurer la confiance entre les trois pays », ainsi que l’affirme le ministre éthiopien de l’Eau et de l’Energie ? Il faudra onze mois pour mener l’étude. A peu près autant pour achever les travaux du futur plus grand barrage d’Afrique.

L’Ethiopie consent à des études d’impacts, donc, mais pas question d’arrêter les travaux. Puis viendra la question clé : à quelle vitesse remplir le réservoir ? Trop vite, le Soudan et l’Egypte sont asséchés. Trop lentement, c’est repousser le jour où le barrage produira enfin à sa pleine puissance.

Mon papier pour Le Monde Afrique

 

Publicités