L’Ethiopie affronte la pire sécheresse depuis trente ans

Médiapart – avril 2016

L’an dernier, à la même époque, on parlait de 2,9 millions de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire. Six mois plus tard, il était question de 10,2 millions. Entre temps, il a fallu aux organisations humanitaires – ONU et ONG – discuter ces chiffres avec des autorités réticentes à voir leur pays associé à ces images d’enfants mourant de faim.

VD Drought-Melkasher2 copy

Ethiopie, région Somali (avril 2016) – Une clinique ambulante, dans un lieu-dit. Ici, on vérifie l’état de santé des enfants, premières victimes des crises alimentaires. Vincent Defait

Soyons clair : je n’ai vu personne mourir de faim. Peut-être ne suis-je pas allé au bon endroit. Possible. Une certitude, cependant : les autorités feront ce qu’il faut pour ne pas voir sur leur sol une nouvelle famine. Quitte à compliquer le travail des journalistes.

Quoiqu’il en soit, de l’avis de beaucoup, la crise est relativement bien gérée pour le moment. Le gouvernement y consacre une fortune, compte tenu de son budget. Reste à communiquer un peu plus sur le sujet. Ca aide, quand il faut lever des fonds…

Mon reportage pour Médiapart (pour les abonnés).

L’Ethiopie au coeur de l’effet El Nino

Le Monde Afrique – Octobre 2015

C’est une histoire dont le gouvernement éthiopien n’a pas vraiment envie de parler : des gens ont faim. Le principal fautif est El Nino, un phénomène climatique global, mais qui grippe le beau récit d’une Ethiopie renaissante. Forcément, avec une croissance économique à 10% depuis une décennie, au sommet de l’Etat, on redoute depuis longtemps ces images d’enfants affamés.

Comprenez bien : les autorités ne restent pas inactives. « Elle font tout ce qu’il faut sauf parler aux médias », m’a dit, micro éteint, un travailleur humanitaire. Une position de plus en plus difficile à tenir.

Mon papier dans Le Monde Afrique.