Un train chinois pour booster l’économie éthiopienne

Le Temps – octobre 2016

Une page se tourne en Ethiopie. Un monde bascule, en fait.

Ce matin, un nouveau train a quitté Addis-Abeba. La voie ferrée est chinoise, les engins sont chinois et les cheminots seront aussi majoritairement chinois pendant au moins les cinq prochaines années.

Ethiopie, Septembre 2016 - Un employé de l'entreprise chinoise

Ethiopie, Septembre 2016 – Un employé de l’entreprise chinoise (CCECC) qui gèrera le train entre Addis-Abeba et Djbouti pendant cinq ans. L’Ethiopie veut construire 5000 km de rails.

J’ai vu cette nouvelle ligne se construire. J’ai même passé pas mal de temps à l’arpenter il y a quelques années pour un récit paru dans la Revue XXI. Il était déjà question de booster une économie vaillante, d’un formidable outil supplémentaire pour arracher le pays à la pauvreté. Cela y suffira-t-il ?

Entre temps, l’Ethiopie a connu l’une des pires sécheresses des trente dernières années et, depuis un an, le plus vaste mouvement de défiance envers les autorités sur un quart de siècle. La belle histoire déraille.

Tout ça et quelques questions en plus dans mon article pour Le Temps.

Publicités

Yonas, conducteur de tramway à Addis-Abeba

Yonas, conducteur du futur tramway d’Addis-AbebaLe Monde Afrique – mars 2015

En trois ans de travaux, le futur tramway d’Addis-Abeba a transformé la capitale éthiopienne. Et changé la vie de Yonas. Le quadra revient tout juste de dix mois de formation en Chine. L’homme n’en est pas peu fier. Son portrait ici.

Addis-Abeba. Le XXIe siècle à train d’enfer

L’Humanité – déc. 2013

Addis-Abeba, vitrine d’un développement à train d’enfer d’un pays en guerre avec son image de pays pauvre.

Addis-Abeba, tenue de coller à  son statut de capitale diplomatique de l’Afrique avec le siège flambant neuf de l’Union africaine, cadeau offert au continent par la Chine.

Addis-Abeba et son tramway, ses grandes avenues et ses immeubles criards.

Addis-Abeba se transforme, tant bien que mal, en négligeant de se faire belle. En bousculant, aussi, ses habitants.

Mon reportage pour l’Humanité dans une capitale sous échafaudages.

addis en chantier-1addis en chantier-2

Un train au milieu des dromadaires

Couv_XXI_24-04468Revue XXI – automne 2013

Un train en chasse un autre. Et un pays se transforme à marche forcée. Le tout sous les yeux d’Angèle, alias Madame Kiki, 85 ans, qui s’assoit chaque jour depuis six décennies sous le porche de son buffet de la gare, à Aouache. Le bourg vivote sous le soleil.

Le « Franco-Ethiopien », construit au début du siècle dernier, a cessé de relier Djibouti et Addis-Abéba il y a cinq ans. Le cordon ombilical de l’Ethiopie, pays enclavé, a été rompu. Mais le gouvernement a des projets de géants. Comme la construction par des entreprises chinoises d’une nouvelle voie ferrée. Mieux, à terme, la capitale éthiopienne devrait être reliée à Djibouti, mais aussi au Kenya, au Soudan, au Soudan du Sud…

XXI - page1